Une dominante conditionnée

La per­sonne en par­ti­cu­lier est aussi, au sein de la paire, dans une posi­tion sub­dom, elle l’est en ceci qu’elle ne se vit régnante, qu’elle ne se vit domi­nante qu’à la condi­tion de se faire agente d’une néces­sité supé­rieure : par exemple celle qui intime l’ordre de soin (prends bien soin de toi, lave-toi bien les dents avant d’aller au lit, fais bien gaffe à ta gueule), ou la néces­sité qui détaille le pro­gramme de cure (bien man­ger, bien vivre, se faire du bien tout sim­ple­ment), ou encore la néces­sité à l’origine de l’admi­nistration du châ­ti­ment ou de la récom­pense (qu’on ne détaillera pas ici).

Faire une remarque