Une amicale d’auto-entreprise

Tout 2017, de 2 à 10 ami​.es ont écrit ensemble à par­tir d’une unique contrainte : consi­dé­rer « La per­sonne perd en géné­ral » comme un énoncé géné­ra­tif. Le texte prend la forme d’un docu­ment par­tagé où les inter­ven­tions sont ano­nymes. La page du docu­ment est un espace béni où aucune faute n’est pos­sible, un lieu sans his­toire où l’erreur n’existe pas. En ce sens il s’adresse aussi bien à cel­leux de ces ami​.es qui parlent un fran­çais excellent et non nor­ma­tif.

Faire une remarque