Un exercice facile

L’exercice est facile. On com­mence par ne rien se refu­ser, et ce qu’on est amené à se refu­ser ne naît pas comme contrainte exo­gène mais comme condi­tion de l’énoncé sui­vant, comme condi­tion pour pou­voir conti­nuer (si je spé­ci­fie trop ici, je ne pour­rai plus jouir là de l’ambiguïté ; si je me vautre ici dans le géné­ral, mon objet rejoint l’horizon des « phé­no­mènes » et je renonce à le connaître en propre).

Faire une remarque