Un exercice de scolastique

L’exercice se veut for­ma­teur. C’est un exer­cice de conci­lia­tion proche d’une cer­taine sco­las­tique : il s’agit de pro­duire des clauses aptes à main­te­nir « un pro­gramme de vérité » (Veyne) ouvert à d’autres pro­grammes de véri­tés, tout amen­de­ment devant jouer de « la plu­ra­lité des formes du ration­nel » au sein du donné de l’énoncé-source. Autrement dit, un pro­gramme de vérité nous est fourni arbi­traire sous son aspect for­mu­laïque (l’énoncé-source est à consi­dé­rer comme « vrai » ou « valide », il n’y a pas le choix). Notre liberté réside dans l’inscription de clauses de nature à arbi­trer ce pro­gramme, à le pré­ci­ser sans le spé­ci­fier (la vérité du cor­pus-source, dans la tra­di­tion sco­las­tique, ne requiert pas un mieux dire mais un déploie­ment des pos­si­bi­li­tés de signi­fi­ca­tion de cet énoncé ; c’est un art de l’accommodement et de la trans­mis­sion).

Faire une remarque