Singer est au moyen

S’inventant le singe elle-même pour elle-même, la per­sonne singe au moyen. La per­sonne jamais ne singe acti­ve­ment pour un autre. Qu’elle reçoive pas­sive son singe du dehors, qu’un tiers informe sa sin­ge­rie, la per­sonne n’hérite pas du singe de ce tiers, car ce tiers n’a et n’aurait pas eu pour lui-même l’usage de ce singe en par­ti­cu­lier. Un singe reçu singe en per­sonne ou inventé par la per­sonne sin­geant n’est pas le singe d’un ancien hôte et d’une sin­ge­rie pas­sée. Le singe en per­sonne n’est pas une sub­stance métem­psy­chique, un virus par des­ti­na­tion. Mais le singe en per­sonne n’est pas non plus en per­sonne comme un acci­dent. Singer n’existe ou n’arrive ni pour ni par un autre. Singer – comme « naître, mou­rir, suivre et pous­ser au mou­ve­ment, être maître, être cou­ché, et reve­nir à un état fami­lier, jouer, avoir pro­fit, souf­frir, patien­ter, éprou­ver une agi­ta­tion men­tale, prendre des mesures, par­ler » (J. Lacan, Sém. III : Psychos., 1955 – 56) – ne se dit en per­sonne qu’au moyen.

Clause de non-concur­rence : Dire que la per­sonne ne singe jamais que pour elle-même n’est pas à dire, bien sûr, que, sin­geant, la per­sonne ne pré­tende pas sin­ger pour un autre. C’est la per­sonne son film fait, zoo­praxi­sco­pi­que­ment.

E. Benveniste, “Act. moy. verb.” [1950], Prob. ling. gén., vol. I, 1966Sur le sens géné­ral du moyen, tous les lin­guistes s’accordent à peu près [se fon­dant] aujourd’hui sur la dis­tinc­tion que Panini […] éta­blit entre le para­smai­pada, “mot pour un autre” (= actif), et l’atmanepada, “mot pour soi” (= moyen). À la prendre lit­té­ra­le­ment, elle res­sort en effet d’oppositions comme celle dont le gram­mai­rien hin­dou fait état : skr. yajati, “il sacri­fie” (pour un autre, en tant que prêtre), et yajate, “il sacri­fie” (pour soi, en tant qu’offrant). […] On peut diver­si­fier le jeu des oppo­si­tions [dia­thé­tiques] autant qu’on le vou­dra ; elles reviennent tou­jours en défi­ni­tive à situer des posi­tions du sujet vis-à-vis du pro­cès, selon qu’il y est exté­rieur ou inté­rieur, à le qua­li­fier en tant qu’agent, selon qu’il effec­tue, dans l’actif, où qu’il effec­tue en s’affectant, dans le moyen.

Faire une remarque