Le Trésor Ecclésial

Le Trésor Ecclésial est le tré­sor consti­tué par le ges­tuaire (voca­bu­laire ges­tuel) de la per­sonne en tant que pâtre de son inté­rio­rité, guide de ses ors, agent immo­bi­lier de sa nef, etc. Ce tré­sor est lié à la seule gloire et déri­soire dignité de la per­sonne : le per­son­nat est défini comme « une dignité (ou pré­séance) sans juri­dic­tion » 21, c’est-à-dire sans lieu ou ins­ti­tu­tion à admi­nistrer. D’où qu’être une per­sonne signi­fie être maître ou admi­nistrateur de rien d’autre que de soi, res­pon­sable de son petit sort etc. L’ambitus de ce sort est d’ailleurs res­treint : mini­ma­jes­tique ou petit-kéno­tique (la per­sonne ne va jamais haut, elle ne chute jamais bas).

Faire une remarque