Le Trésor d’Apprêts

Le Trésor d’Apprêts est le nom du cabi­net où pendent ran­gées toutes les étoffes inti­mi­dantes asso­ciées à une fonc­tion, un titre, une juri­dic­tion, un rôle social de la per­sonne (étoffe patriar­cale, étoffe magis­trale, étoffe secré­ta­riale, étoffe filiale, étoffe entre­pre­neu­riale, étoffe artiste etc). Aucune des appa­ri­tions de la per­sonne n’est en prin­cipe franche de ces étoffes. À chaque fois qu’elle paraît, la per­sonne est gon­flée d’étoffe, bouf­fie d’uniformes sociaux, merin­guée de cos­tumes qui la dis­tinguent et qui la classent. Ces étoffes cor­res­pondent à des situa­tions uni­voques, dont l’évidence tient du signal. Les “pres­ta­tions” ne sont pas de l’ordre de l’apprêt, du rôle tenu depuis une inten­tion de paraître. Les pres­ta­tions sont conjonc­tu­relles ; les apprêts sont des “étof­fe­ments de fonc­tion” aux­quels on n’échappe pas.

Faire une remarque