La personne passée aux chiens

La per­sonne pas­sée aux chiens n’est pas la per­sonne pas­sée au chien indi­vi­duel, n’est pas la per­sonne pas­sée au lou­lou d’intê­rieurs, au molosse d’antê­rieurs. Le pas­sage aux chiens de la per­sonne s’entend,
– d’une part, comme un va-et-vient sur le seuil de la sou­mis­sion sou­ve­raine :
chien <> (sphynge) <> per­sonne
où est noté (sphynge) l’impédimento des hybri­di­tés engran­gées sur cette tra­jec­toire et cette erre ;
– d’autre part, comme un pro­ces­sus par lequel la per­sonne sou­met sa consis­tance au test d’un tamis canin : que reste-t-il de la per­sonne une fois pas­sée aux chiens ? est la ques­tion qui accom­pagne l’opération ter­mi­nale d’une mise du per­son­nat à l’épreuve du maillage de son plus fidèle com­pa­gnon et néan­moins tou­jours appa­ri­teur man­qué. Le résidu est moins de la per­sonne que de la diver­sité du maillage : on ne com­pile pas les résul­tats de per­sonne pas­sée aux ter­riers ou aux chiens d’agrément comme on com­pi­le­rait ceux de per­sonne pas­sée aux molosses rur­bains.

J’aimerais mieux nuit et jour dans les sphin­ge­ries
Vouloir savoir pour qu’enfin on m’y dévo­râtG. Apollinaire, « Bras. », Alc., 1913

Dans ces moments, je me tourne vers Justine, ma chienne, et je découvre une solu­tion canine à un pro­blème cos­mique.P. Preciado, « Shoot can. », Test. Junk., 2008

Frères loups ! jamais vous n’avez douté de moi
Vous ne vous êtes pas fait avoir
Par des fri­pons qui vous ont dit que je serais
Passé aux chiens,
Que j’étais rené­gat et que bien­tôt je serais
Conseiller aulique dans le parc des mou­tonsH. Heine, Deutschl., 1844

Faire une remarque