La personne est une monnaie de singe

La per­sonne est une mon­naie de singe dont les men­tions sont tré­bu­chantes. Dans un fra­cas de dette et de bourse lâchant, l’apersonne et l’appersonne – signi­fiants esclan­dreux au comp­toir de leur signi­fié1 – avi­ca­rient8 leur hôte, lui défèrent un pou­voir de tré­bu­che­ment com­pa­rable mais amoin­dri (et du fait de la publi­cité de cet octroi : patem­ment amoin­dri), s’amusent de ce qu’un tout sonne moins que ses par­ties, et gra­bu­geant ainsi à même la per­sonne, consonnent / consomment8 dans la per­sonne à la perte de per­sonne.

Faire une remarque