La gloire de la personne

La gloire de la per­sonne : l’à bout2.11.1 de sa per­sonne, qu’épuisent ses pres­ta­tions sur le carré d’aveu12. Chopée à bout d’aveux et sa confes­sion faite8, au bout du bout de ses pres­ta­tions, la per­sonne serait glo­rieuse. Un « gloire à la per­sonne ! » fait fond à toute l’affaire. S’épuiser la per­sonne, c’est se pro­mettre à soi : s’achever sa per­sonne par le scan­dale d’aveu / avoir le crime com­mis6.21.3. Le scan­dale dit achevé et le crime dit com­mis, la per­sonne serait en gloire, pré­sen­tée en tro­phée, masque isolé et sec, mani­feste tête réduite43, etc.