Dans nos sociétés archaïques

Dans nos socié­tés archaïques, la per­sonne etc.

M. Maus, Cat. espr. hum. : not. pers., « moi », 1938Existence d’un nombre déter­miné de pré­noms par clan, défi­ni­tion du rôle exact que cha­cun joue dans la figu­ra­tion du clan, et exprimé par ce nom. (…) Ainsi, d’une part, le clan est conçu comme consti­tué par un cer­tain nombre de per­sonnes, en vérité de per­son­nages ; et d’autre part, le rôle de tous ces per­son­nages est réel­le­ment de figu­rer, cha­cun pour sa par­tie, la tota­lité pré­fi­gu­rée du clan.

Faire une remarque